Les trois tilleuls natifs de France !

Selon ma vieille flore en trois volumes de l’abbé Hippolyte Coste (1858-1924) qui ne m’a jamais quitté depuis mon adolescence, les tilleuls1 (Tilia spp.) de France, de la Corse et des contrées limitrophes, sont de beaux arbres caducifoliés de l’ancienne famille des Tiliacées2, aujourd’hui intégrée dans celles des Malvacées. Ces espèces autochtones sont au nombre de trois (2n = 82) :
– le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyyphyllos Scop., 1771),
– le tilleul à petites feuilles (Tilia cordata Mill., 1768),
– le tilleul commun (Tilia x europaea L., 1753, Sp. Pl., 1 : 514).

3 – ©APBonjean _ 4 – ©TelabotanicaA.Bigoux
5 – ©Telabotanica236484 – 6 – ©TelabotanicaDRoubaudi
7 – ©TelabotanicaCPlessier – 8 – ©TelabotanicaPBonnet
9 – Alina-Maria Tenche-Constantinescu et al. (2015). The symbolism of the linden tree. J. of Horticulture, Forestry and Biotechnology 19, 2, 237-242, https://journal-hfb.usab-tm.ro/romana/2015/Lucrari%20PDF/Lucrari%20PDF%2019(2)/41Tenche%20Alina%202.pdf

J’ai toujours eu un faible pour ces grands arbres au port majestueux, à l’ombre agréable, odorant et vrombissant d’abeilles à floraison et grands pourvoyeurs de tisanes, arbres que vénéraient de nombreux anciens peuples européens et que le Christianisme a parfois orné de petites vierges et de saints sylvestres – les lecteurs passionnés par la symbolique des arbres liront avec intérêt l’article très documenté publié sur ce thème en 2015 par Alina-Maria Ţenche-Constantinescu et ses collègues9. Les tilleuls ont d’ailleurs souvent été plantés en France près d’églises ou de chapelles (Auvergne, Barronnies, Dauphiné, Morvan, etc.).

Répartition européenne des tilleuls à grandes feuilles (carte du haut) et à petites feuilles (carte du bas) et besoins écologiques – sources : Svejgaard Jensen10, 2003 ; Coello et al., 201311



A l’état naturel12, les tilleuls à grandes feuilles et à petites feuilles sont disséminés dans des forêts dominées par d’autres espèces, en particulier le chêne et le hêtre, voire le frêne, l’érable, le sorbier des oiseleurs, l’if, etc. Ce sont des arbres de zones fraiches et humides caractéristiques des ravins et vallées de basse et moyenne montagne. Leur tolérance à la sécheresse est moyenne. Ils préfèrent le sols neutres ou calcaires, mais tolèrent les sols siliceux s’ils sont bien pourvus en en eau. Le tilleul commun, considéré comme l’hybride des deux précédents, s’adapte à presque tous les sols, et est souvent planté pour cette raison en ville le long des avenues ou dans les parcs. Leur croissance est rapide jeune, puis lente. Cependant, ils peuvent vivre plusieurs centaines d’années (le tilleul de Bergheim dans le Haut-Rhin aurait 700 ans), notamment les tilleuls à grandes feuilles, et atteindre des dimensions très importantes – 15-20 m, voire 35-40 m de haut pour plus de 10 m de circonférence. Les écorces des troncs sont d’abord grises et lisses, avec quelques gerçures longitudinales, puis chez les arbres âgés, ils deviennent aussi crevassés que ceux d’un chêne.

Au niveau botanique13,
le tilleul à grandes feuilles se distingue par ses feuilles vertes, mollement velues en dessous, à aisselles garnies de poils blanchâtres qui peuvent atteindre 12 cm et des bourgeons velus, à 3 écailles apparentes. Il fleurit en juin-juillet, à raison de 2-5 fleurs blanc-jaunâtre par corymbe, et est très parfumé, ce qui en fait l’espèce la plus recherchée. Le fruit est gros, obovoïde, velu à parois épaisses et ligneuses, à 5 côtes très saillantes.
le tilleul à petites feuilles possède des feuilles petites de 3-7 cm en forme de cœur ; portant des poils roux à l’aisselle des nervures et des bourgeons glabres à 2 écailles apparentes. La floraison se déroule en juillet avec 5-10 fleurs petites, blanc sale, par corymbe. Le fruit est petit, globuleux à parois minces, fragiles, à côtes peu saillantes.
le tilleul commun présente des feuilles asses grandes, vertes-concolores sur les deux faces, glabrescentes en dessous avec les aisselles garnies de poils roussâtres. Il fleurit en juin-juillet. Les fleurs sont assez grandes, blanchâtres assez nombreuses par corymbe. Le fruit est assez gros, elliptique, velu, à parois épaisses et à 5 côtes saillantes.

13 – Telabotanica, MNHN. – 14 – ©TElabotanicaNTomaselli
15 – ©TelabotanicaHGoëau – 16 – ©TelabotanicaA.Bigoux
17 – ©TelabotanicaVBacici – 18 – ©TelabotanicaGBotti
19 – ©TelabotanicaA.Bigoux


Au niveau alimentaire, plusieurs parties du tilleul présentent de l’intérêt – ce qui paraît de moins en moins connu du grand public :
– La sève, prélevée dans le tronc lors du débourrage des bourgeons, se boit comme celle du bouleau et possède des vertus tonifiantes similaires (un verre de 100 à 150 ml par jour).
– Les très jeunes feuilles, une fois leurs pétioles coupés, sont comestibles crues en salades, seules ou mélangées à d’autre légumes-feuilles ou à des lamelles d’autres potagères (radis, céleris, etc.). Elles ont un goût agréable et sont légèrement sucrées.
Parvenues à maturité, séchées et broyées en poudre, elles produisent une « farine » verte, riche en protéines, utilisables en mélange avec des farines de blé ou de seigle sous formes de bouillies ou de pains. Les feuilles séchées peuvent aussi être employées en substitut du thé.
– Les fleurs fraîches, parfumées, peuvent être ajoutées aux salades en début de floraison. Elles sont aussi sources d’infusions classiques et peuvent être séchées dans ce but.
– Les fruits contiennent une à deux graines oléagineuses consommables crues ou grillées.

Le miel de tilleul20, très aromatique et à arrière-goût persistant, est rarement monofloral d’autant que la floraison de ces arbres (valeur mellifère estimée en moyenne à 30 kg par saison et par arbre) est simultanée à la miellée de miellat et à la floraison d’autres fleurs sauvages. D’un jaune plus ou moins clair, avec son goût marqué mentholé, il reste apprécié de nombreux consommateurs même en miel de mélange.

En parfumerie, la fragrance des fleurs de tilleuls correspond principalement au farnésol21, un alcool oléo-soluble, sesquiterpène acyclique, que l’on extrait en traitant les fleurs à l’éther de pétrole.

Le bois des tilleuls est tendre, facile à travailler et très homogène, avec un grain fin – le plus apprécié, car le plus dense et le plus résistant, est celui du tilleul à petites feuilles. Il est très prisé en placage, en sculpture22 et pour façonner des coffres à grains ou de menus objets (sabots, ustensiles de cuisine, masques de carnaval, jouets, ruches, etc.). Le charbon de bois de tilleul est estimé en dessin et pour ses propriétés filtrantes ; il aurait aussi été employé dans la fabrication de la poudre noire.
L’écorce intérieure ou teille a longtemps été utilisée pour produire cordes et ficelles23.

Au niveau médicinal, la bractée du tilleul, oblongue et translucide, et les fleurs qui y sont attachées renferment des tanins, des gommes, du sucre, de la vitamine C et du mucilage. Elles sont employées depuis des temps très anciens24 pour lutter contre les troubles du sommeil, la nervosité, les spasmes digestifs et les fièvres légères à dosage raisonnable (1 cuillerée à café par tasse d’eau, laisser infuser dix minutes ; 2 à 4 tasses par jour). C’est aussi un adoucissant en cas de toux, refroidissement ou grippe.
Par contre, étonnamment, à haute dose, le tilleul s’avère excitant.
En usage externe (10 à 20g par litre d’eau), il soulage les inflammations de la peau et soigne les cheveux fragiles ou dévitalisés ; en décoction (70g par litre), appliqué en compresse, il soulage après une chute ou un coup ; en bain (ajouter au bain une décoction de 500g pour 2 litres d’eau tiède), il calme la nervosité et soulage les rhumatismes.
L’écorce extérieure riche en polyphénols et coumarines est cholérétique.
L’aubier de tilleul est un drainant antispasmodique, dépuratif et diurétique. Il prévient la formation de calculs dans la vésicule biliaire et les reins (cure de 10 à 20 jours maximum) et élimine les toxines de l’organisme. Il permet de lutter aussi contre l’arthrite, les rhumatismes, les sciatiques, les états migraineux, et la cellulite.

A ces trois tilleuls natifs de notre pays, durant les derniers siècles, des horticulteurs ont introduit dans nos parcs et espaces verts d’autres tilleuls en provenance d’Amérique ou d’Asie dont Jan de Langhe du jardin de botanique de l’université de Gand a réalisé une clef très utile tant pour les professionnels que pour les amateurs: https://www.arboretumwespelaar.be/userfiles/file/pdf/Key_Tilia_JDL.pdf

N’hésitez pas à semer ou planter des tilleuls autour de vous.

La cueillette de leurs fleurs, leur ombrage et leurs tisanes créent du lien social à presque tout âge !

Alain Bonjean,
Orcines, le 19 mai 2021.

Mots-clefs : tilleul, Tilia spp. Tiliacées, Malvacées, arbre caducifolié, arbre forestier, arbre d’ornement, bois d’ouvrage, aubier, plante alimentaire, plante médicinale, plante mellifère, bractée, inflorescence, tisane, huile essentielle, farnésol, symbolique

1 – Du latin telum pour javelot car le bois de ces arbres servait dans l’antiquité à faire des manches de javelot.
Il existe une douzaine d’espèces de tilleuls en Eurasie, en Amérique du Nord et en Amérique centrale.
Ya Tang et al. (1996). Geographical distribution of Tilia L. J. Syst. Evol. 34, 3, 254-264.

2 – Environ 470 espèces de Tiliacées réparties dans une cinquantaine de genres sur toutes les terres émergées tempérées à tropicales. Les Tiliacées sont désormais incluses dans les Malvacées.

3 – ©APBonjean

4 – ©TelabotanicaA.Bigoux

5 – ©Telabotanica236484

6 – ©TelabotanicaDRoubaudi

7 – ©TelabotanicaCPlessier

8 – ©TelabotanicaPBonnet

9 – Alina-Maria Tenche-Constantinescu et al. (2015). The symbolism of the linden tree. J. of Horticulture, Forestry and Biotechnology 19, 2, 237-242, https://journal-hfb.usab-tm.ro/romana/2015/Lucrari%20PDF/Lucrari%20PDF%2019(2)/41Tenche%20Alina%202.pdf

10 – Jan Svejgaard Jensen (2003). Lime, Tilia spp. Euforgen-IPGRI, 6 p.

11 – J. Coello et al., 2013. Les feuillus précieux pour la production de bois de qualité : écologie et sylviculture des essences adaptées aux Pyrénées et aux régions limitrophes. Generalidad de Catalunya-Centre de la Proprietat Forestal, 62 p.

12 – Idem 9 et 10 ; K. Radogiou et al. (2009). A review on the ecology and silviculture of limes : (Tilia cordata Mill., Tilia platyphyllos Scop, and Tilia tomentosa Moench.) in Europe. Die Bodenkultur 60, 3, 9-19 ; E. Eaton, G. Caudullo, D. de Rigo (2016). Tilia cordata, Tilia platyphyllos and other limes in Europe : distribution, habitat, usage and threats. European Atlas of Forest Tree Species, P.O.o.UE, 184-185 ; Prattana Phuekvilai (2014). Relicts, Refugia and Reticulation: A Study of Population History, Hybrids and Phylogeny in the Long-Lived Flowering Tree Genus Tilia. PhD Thesis, Newcatsle University, scholl of Biology, 186 p.

13 – Telabotanica, MNHN.

14 – ©TElabotanicaNTomaselli

15 – ©TelabotanicaHGoëau

16 – ©TelabotanicaA.Bigoux

17 – ©TelabotanicaVBacici

18 – ©TelabotanicaGBotti

19 – ©TelabotanicaA.Bigoux

20 – Stefan Bodganov et al. (2006). Le miel de tilleul. Centre suisse de recherches apicoles, 4 p. ; https://www.apiservices.biz/documents/articles-fr/tilleul_adf.pdf ; http://rucherecole68.thann.free.fr/Echo/themes/Le%20tilleul.pdf

21 – E. Bourny (2014). Étude du taux des principaux constituants de la fleur de tilleul (Tilia platyphyllos Scop) d’origine française.Phyotoreviews 2, 1-11.
On trouve aussi du farnésol dans les fleurs d’acacia, de muguet, d’oranger, etc. C’est un pesticide naturel contre les acariens et un inhibiteur de croissance des larves de nombreux insectes.

22 – Dans l’art sacré orthodoxe, il est seul autorisé comme support des icônes.

23http://www.folkloredechampagne.fr/files/pmedia/public/r59_9_rfc_56.pdf ; http://odeurdelaterre.centerblog.net/4667417-Ficelles-et-cordage-en-ecorce-de-tilleul

24 – Pour mémoire, en France, la région provençale des Barronnies a longtemps été un centre de production de fleurs de tilleuls avec une foire annuelle située à Buis-les Barronnies. La production annuelle de tilleul sec se situerait aujourd’hui à une quarantaine de tonnes. Un projet est en cours pour tenter de restaurer cette filière qui fut localement importante de 1850 à 1950 : https://www.baronnies-provencales.fr/projet/le-tilleul-des-baronnies-provencales/

One Reply to “Les trois tilleuls natifs de France !”

  1. bonjour,

    vous avez, je crois, inversé les cartes (d’après les légendes de chacune, en haut à droite)
    Et petit détail: on écrit les noms avec une majuscule en allemand (ca gene un peu la compréhension sinon). Je ne sais pas si le tableau est modifiable et s’ìl est de vous. Donc Linde, et non linde.
    Merci pour l’article
    Cordialement
    Sebasstien

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :