Origines et diffusion du théier, arbre civilisationnel s’il en est !

Le thé est la première boisson du monde après l’eau, loin devant le café, le vin et les sodas.
« Boire du thé vous fait oublier que le bruit du monde existe » affirme un proverbe chinois. « Dans le thé, nous puisons amitié et éternité » ajoute un proverbe japonais.

Qu’on se place sur le temps long ou dans le temps court, le thé provient à la base de l’infusion des feuilles du théier [Camellia sinensis (L.), Kuntze 1887], un arbre d’Extrême-Orient de la famille des Théacées (génome d’environ 3 Gb, 2n = 2x = 30). La classification APG III de 2009, basée sur la phylogénie des espèces, a fait éclater cette famille botanique qui n’avait rien d’un groupe monophylétique et la situe désormais dans l’ordre des Ericales. Aujourd’hui, les Théacées proprement dites ne comptent plus que 195 espèces réparties en 9 genres qui regroupent des arbres et des arbustes des régions tropicales et subtropicales. C’est aussi la famille des magnifiques et fragiles camélias à vocation ornementale.

Dégustation de thé pu’er chez un producteur exploitant de vieux théiers centenaires, province du Yunnan, R.P. de Chine ©AlainBonjean, 2012. Feuilles, fleur, fruit et graine de théier.

Le théier est à l’état spontané un arbre à feuilles persistantes qui peut atteindre 10 à plus de 30 m et peut vivre plus de 3000 ans. Son ancêtre, Camellia taliensis1, est un arbre que l’on trouve encore, bien qu’il soit aujourd’hui en danger d’extinction du faut de la fragmentation de son habitat, dans les forêts du sud-ouest de la Chine et dans le nord de l’Indochine (Myanmar, Thaïlande).

Carte des différents groupes de C. taliensis au Yunnan, avec en bleu clair la zone présumée de domestication de l’espèce en théier cultivé. Source : note 1.

Sa domestication2, initiée il y a un peu plus de 4000 ans a eu lieu dans le Yunnan, province très montagneuse dont le nom signifie en chinois « au sud des nuages ». Il y est cultivé de nos jours entre 1000 et 3000 m.

Trois variants de théiers cultivés anciens en Chine et en Inde – Source : note 1.

Elle a abouti à deux variants de théiers cultivés et trois types3 :
– Camellia sinensis var. sinensis
. Génome séquencé depuis 20204.
. Variant le plus ancien, naturellement buissonnant, de 3 à 10 m; souvent taillé à 1m environ, à floraison abondante.
. Feuilles épaisses, petites (environ 8 cm), vert foncé.
. Tolère des altitudes élevées, des températures basses; robuste et tolérant à la sécheresse.

Jardins de thé de C. sinensis var sinensis, district de Pu’er, Yunnan, R.P. de Chine ©AlainBonjean, 2012

– Camellia sinensis var. assamica
. Draft genome disponible depuis 20185.
. Variant le plus récent, incluant arbuste à arbre jusqu’à 20 m à floraison clairsemée.
. Grandes feuilles (jusqu’à 20 cm), souples et claires.
. Apprécie les fortes pluies (mousson) et les zones de collines.
. On en distingue 2 types très voisins : Camellia sinensis var. assamica, Chinese type et Camellia sinensis var. assamica, Indian type (les plus grands, repérés seulement vers 1830).

Arbres anciens de thé de C. sinensis var assamica, Chinese type, district de Pu’er, Yunnan, R.P. de Chine ©AlainBonjean, 2012

Le théier étant assez interfertile, il existe aujourd’hui également de nombreuses formes de théiers cultivés6 hybrides spontanées ou créées par l’homme. Elle sont propagées soit par semis, soit par bouturage.

Au niveau historique, la découverte du thé et de ses vertus est attribuée au légendaire empereur Shennong (littéralement, le « Divin agriculteur ») ou … à une de ses épouses. En effet, lors d’une sorte de pique-nique en forêt, une feuille de thé serait tombée fortuitement d’un arbre dans l’eau chaude qui bouillait dessous pour abreuver l’empereur…
Selon les archéologues, la diffusion antique du théier aurait initialement suivi à partir du Yunnan les bassins des grands fleuves de Chine, d’Inde et d’Indochine (Yangzi, Mékong, Irrawady, Brahmapoutre). Du thé a été retrouvé dans la tombe de l’empereur Jing Di (également appelé Liu Qi), sixième empereur de la dynastie Han (188 av. J.C. – 141 av. J.C.)7. On sait que le thé a été commercialisé au royaume du Tibet au moins dès le IIIe siècle8 et qu’il aurait été introduit au Japon entre 589 et 618. Ensuite, en 879, un marchand arabe mentionne dans un texte le thé de Canton et Marco Polo le cite en 1285. Il faut toutefois attendre 1600 pour que le thé apparaisse à la cour du Portugal et 1606 pour qu’un navire de la Dutch East company délivre du thé chinois en Hollande. La cour de Russie teste le thé en 1618, puis celle de Louis XIII en 1636. L’Angleterre découvre le thé en 1644 en … l’important de Hollande. Il dut y plaire car la British East India Co. obtint le monopole de l’importation du thé de Chine entre 1669 et 1834.

En 1823, le major écossais Robert Bruce découvrit les théiers de l’Assam9 et initia avec son frère la culture du thé en Inde, puis en 1833 l’Anglais Robert Fortune déroba des théiers chinois10 consolidant la culture anglaise du thé en Inde et au Népal voisin, le thé indien devenant par suite le thé dominant en Europe aux alentours de 1840. Le théier fut aussi diffusé et cultivé au Brésil11 (1812), en Géorgie (1847), Sri Lanka (1850), Afrique du sud (1877), Iran et Turrquie (fin XIXe), Kenya (1903), Malawi et Tanzanie (1905), Ouganda (1909), Cameroun (1914), Zimbabwe et Mozambique (1920), Bangladesh (1947), Rwanda et Argentine (1951), Vietnam (1955), Papouasie Nouvelle-Guinée (1964).

Marché mondial du thé en 2020

Et ces dernières années, le marché mondial du thé a continué de croître d’environ 4,5% l’an, incluant désormais les boissons chaudes traditionnelles, le thé glacé12 et nombre de boissons fraîches aromatisées au thé !

Alain Bonjean
Orcines, le 1er novembre 2021

Mots-clefs : théier, Camellia sinensis, Théacées, Ericales, domestication, Chine, Yunnan, Japon, Inde, Extrême-Orient, boisson, thé, diffusion

1https://bmcecolevol.biomedcentral.com/track/pdf/10.1186/1471-2148-12-92.pdf ; http://www.plantsoftheworldonline.org/taxon/urn:lsid:ipni.org:names:829983-1 ;

2https://bmcplantbiol.biomedcentral.com/track/pdf/10.1186/1471-2229-14-14.pdf ; https://www.researchgate.net/profile/Tony-Maritim-2/publication/281925711_The_Tea_Plants_Botanical_Aspects/links/606efc7b299bf1c911b80ca9/The-Tea-Plants-Botanical-Aspects.pdf

3https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpls.2017.02270/full ; https://storage.googleapis.com/plos-corpus-prod/10.1371/journal.pone.0155369/1/pone.0155369.pdf?X-Goog-Algorithm=GOOG4-RSA-SHA256&X-Goog-Credential=wombat-sa%40plos-prod.iam.gserviceaccount.com%2F20211028%2Fauto%2Fstorage%2Fgoog4_request&X-Goog-Date=20211028T151038Z&X-Goog-Expires=86400&X-Goog-SignedHeaders=host&X-Goog-Signature=4d4d8b2a08e318633b621a7d306cebacef3cb5b2ab3c02d0000a9fac3ed0d6bf031e41b8b89b1300f87b8de4b01e0f6cecf63edc672d0854a6b9b84d35941582280426ab44db5d4b42f49298ffebb69ae9cf71ea303068cc4d3bf8d2bfb79d1d0e7a61e569f27feb232357c3fbdab79d59cdf9b3f5268a4b644addb60312d083c5c51c2e6cd28b227d8b418e21b806bfbb41a89771b0ce9d9ebab80c9c0bb2c98c39491f492bb1bd0a934b2dffcec1c6c3a53351e72ca790de5dcefa937657e049d7fd0bb8200498f7fdf551806c7f650da0c08589ce80df652f6299bfc2fefe6174ab8148c7c3d95a9f4d5dad8f5d17aa10bacd14e1b1a2af312d663786c57d ; https://www.nature.com/articles/s41598-020-80431-w.pdf ; https://indiabiodiversity.org/species/show/281405 ; https://researchoutput.csu.edu.au/en/publications/discovery-of-the-tea-plant-thea-assamica-now-camellia-sinensis-va ; https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnut.2021.706770/full ; http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=200014043

4https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1674205220301349

5https://www.pnas.org/content/115/18/E4151

6https://www.ias.ac.in/article/fulltext/secb/080/04/0178-0187 ; https://www.nature.com/articles/s41438-019-0225-4?proof=t%29

7https://www.archaeology.org/news/4067-160112-han-dynasty-china-tea

8http://www.nature.com/articles/srep18955 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4704058/

9https://teaworld.kkhsou.in/page-details.php?name=Discovery-of-Assam-Tea-Plant&page=9d34bb5c4a06966fcf6ceb4bf ; https://www.findmypast.com.au/blog/discoveries/the-bruce-brothers-how-two-scottish-siblings-kick-started-the-indian-t

10http://www.scmp.com/magazines/post-magazine/long-reads/article/2095707/great-tea-robbery-how-british-stole-chinas

11https://america.cgtn.com/2019/11/07/the-history-of-tea-and-how-it-travelled-from-china-to-brazil

12 – Inventé et commercialisé formellement en 1904 par l’Américain Richard Blenchynden à partir de recettes familiales issues de Virginie, publiées en 1878.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :