Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Aperçu sur le royaume du Bhoutan et son agriculture

Depuis quelques mois, en compagnie de mon ami Christophe Dequidt avec qui j’ai publié « Le tour d’Europe des agricultures audacieuses »1 aux éditions de la France Agricole l’an passé, je contribue, entre autres, à suivre et appuyer les études qu’un jeune agronome du Bhoutan, Wang Gyeltshen, a repris en France pour renforcer sa formation initiale. Occasion unique d’approcher au travers de nos rencontres et échanges cet Etat montagnard énigmatique, essentiellement connu en Europe pour avoir développé depuis 1972 à l’initiative de son roi Jigme Singye, quatrième de la dynastie Wangchuck, le concept de « Bonheur National Brut » ou BNB, et de partager avec vous des éléments concernant son agriculture.

Situation géographique du Bhoutan ©club-des-voyages.com, ©www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/bhoutan, et ©Agritop-Cirad

Le royaume du Bhoutan, localement nommé Brug-yul et souvent transcrit en Druk-yul qui signifie « terre du dragon », se situe en Asie du Sud dans l’est de l’Himalaya. Avec ses 38 394 km2, c’est un tout petit2 pays enclavé entre deux géants, l’Inde (3 287 283 km2) au sud, à l’est et à l’ouest-sud-ouest et la Chine (9 596 960 km2) au nord et à l’ouest-nord-ouest, avec lesquels il partage respectivement 605 km et 470 km de frontières. Il est aussi positionné non loin au nord du Bangladesh (147 570 km2) et à l’est du Népal (147 516 km2). Sa population est faible : selon l’ONU, 782 455 habitants en 2022, soit moins que Marseille intra-muros (870 731 habitants à la même date). La capitale Thimphou, située à 2200 m d’altitude dans une haute vallée, regroupe 115 000 habitants. La densité moyenne de population est de 20 habitants par km2.

Ensemble de fiefs mineurs du sud de la culture tibétaine depuis le VIIe siècle, le Bhoutan fut unifié au début du XVIIe siècle par le lama Shabdrug Ngawang Namgyal (1594-1651) avant d’entrer en contact au siècle suivant avec l’Empire britannique établi en Inde. Il prit la forme d’une monarchie absolue en 1907. Cette dernière a fait du bouddhisme vajrayāna la religion d’Etat et a exilé au début des années 1990 des milliers de membres de la communauté lhotshampa (minorité bhoutanaise hindouiste d’origine népalaise) vers le Népal voisin3. Elle est devenue monarchie constitutionnelle depuis 2008.

Le territoire du Bhoutan est majoritairement montagneux, avec plusieurs sommets dépassant les 7000 m d’altitude dont le Kula Kangri avec 7 553 m est considéré comme le point culminant, bien qu’il soit revendiqué totalement par la Chine.

Types d’arbresSurfaces (hectares)% de la forêt globale
Arbres à feuilles caduques1 763 89965
Pin bleu101 1554
Pin de l’Himalaya101 5374
Sapin230 9848
Conifères mixtes519 58619
Totaux2 717 161100

Diversité de la forêt bouthanaise, d’après FMRD, 20174


Contrairement à la région dite autonome du Tibet voisin, sinisée depuis 1959 et largement déboisée, la forêt couvre 71% du Bhoutan et la constitution exige que 60% de son territoire reste indéfiniment boisé. Seul, le sud du royaume dispose de plaines subtropicales et regroupe la majorité des terres arables du territoire national.

ZonesAltitude (m)Pluies (mm)Temp. an. max. (°C)Temp. an. min. (°C)Temp. an. moyen. (°C)
Alpine3600-4600<65012,0-0.95,5
Temp. froide2600-3600650-85022.30.19,9
Temp. chaude1800-2600650-85026.30.112,5
Subtrop. séche1200-18001200-180028.73.017,2
Subtrop. humide600-12001200-250033.04.619,5
Subtrop. chaude150-6002500-550034.611.623.6

Zones agro-écologiques du Bhoutan, d’après Gurung et Trébuli, 20165


Au niveau climatique, le Bhoutan présente des climats extrêmement contrastés du selon les régions et leurs altitudes respectives aussi bien au niveau des variations annuelles de températures que du niveau des précipitations (pluies et neiges incluses).
Au nord, le climat est clairement himalayen et froid avec des glaciers et des neiges éternelles sur les sommets, même si ces régions sont fortement impactées par le changement climatique. Les vallées du centre et du sud bénéficient d’un climat tempéré frais ou chaud selon leurs expositions tandis que les plaines méridionales dont l’altitude s’abaisse jusqu’à 97 m au point le plus bas sur la frontière avec l’Inde, disposent d’un climat subtropical particulièrement chaud, humide à très humide sous influence annuelle de la mousson, surtout celles de l’ouest.

Carte des zones protégées et des corridors biologiques établis au Bhoutan, ©BiodiversityConservationBlog, 20166


Le relief difficile, l’isolement très ancien7, la faible population et le régime largement autarcique du Bhoutan ainsi que sa politique suivie de zones protégées au niveau de la flore, des champignons et de la faune8 en font un méga-écosystème parmi les mieux préservés au monde. La politique du « « bonheur national brut »9 et le maintien d’une volonté de fermeture du pays au tourisme de masse donnant la priorité à la tradition et à l’écologie – le tourisme est limité par visa à plusieurs centaines de $ par jour pour ne pas impacter brutalement le mode de vie présent du pays – préservent indéniablement l’environnement bhoutanais tout en permettant au pays de couvrir ses besoins essentiels de sa population.

Le Bhoutan est ainsi, avec le Suriname en Amérique du Sud, l’un des deux seuls pays actuels à disposer d’un bilan carbone négatif10.

ZonesCultures principalesAnimauxCueillettes
AlpineAucuneYacks, bovins, ovinsCordyceps, plantes médicinales, plantes ornementales
Temp. froideBlé, orge, moutarde, colza, pomme de terre
Temp. chaudeBlé, orge, maïs, sarrazin, colza, moutarde, pomme de terre, légumes, pommier, poirier, pêcher, prunierBovins, porcs, volaillesChampignons, orchidées, asperges, plantes tinctoriales
Subtrop. sécheRiz, blé, maïs, millets, moutarde, oranger, bananier, goyave, légumesBovins, porcs, volaillesRotin, canne, fougères, champignons, badianier
Subtrop. humideRiz, blé, maïs, millets, moutarde, oranger, aréquier, cardamone, gingembre, goyaveBovins, porcs, caprins, buffles, volailles,Rotin, canne, fougères, champignons, chirata
Subtrop. chaudeRiz, blé, maïs, millets, moutarde, oranger, aréquier, gingembre, goyaveFougères, bambous, champignons, orties, pipla, chirata

Principales activités agricoles selon les zones agro-écologiques du Bhoutan, d’après Gurung, 201111

LE PIB du Bhoutan a atteint 2,5 milliards de $ US en 2020, soit 3 560 $/habitant. L’économie du pays repose sur l’agriculture et la foresterie, même si la principale ressource du royaume consiste dans la vente d’électricité à l’Inde. L’agriculture12 occupe encore un peu plus de 48% de la population active du Bhoutan (59% de femmes, 41% d’hommes). La taille moyenne des exploitations s’élève à 1,5 ha en moyenne : une moitié étant irriguée, l’autre se contentant de la pluviométrie naturelle.

CatégoriesUtilisations des terresSurfaces (hectares)
1Cultures annuelles54 102
2Cultures pérennes11 426
3Prairies temporaires et pâtures2 258
4Prairies permanentes et pâtures2 107
5Bâtiments et infrastructures3 058
6Jachères temporaires26 759
Total99 710

Classification des terres agricoles, d’après RSD, 2019


Selon des statistiques récentes13, les terres occupées par les activités agricoles seraient en légère régression : 99 710 hectares en 2019 pour 105 682 ha en 2016, soit respectivement 2,60% et 2,75% du territoire national. Il est à noter qu’en 2015, seules 2% des surfaces étaient partiellement mécanisées et les travaux prenaient 180 à 237 jours par paysan par hectare. Le Bhoutan est de fait l’un des pays dont la production est la plus organique au monde, même si seulement 1% des terres arables du pays était certifié organique en 2020.

Il est à souligner qu’aujourd’hui le Bhoutan a très peu d’échanges avec le monde extérieur, à l’exception de l’Inde14 qui lui fournit une main d’œuvre saisonnière essentielle pour la construction de ses routes, barrages et autres infrastructures.

Production 2020 des céréales et pseudo-céréales, d’après RSD, 2021


Traditionnellement, les agriculteurs cultivaient « Dru-Na-Gu », c’est -à-dire les Neuf Grains15 : riz, maïs, blé de printemps, orge, sarrasin (commun, amer), millets, (commun, des oiseaux, chandelle, éleusine, etc..), légumineuses (adzuki, haricot, mungo, pois, soja, autres Vigna, etc.), oléagineux (surtout colza et moutarde) et amarantes (amarante, quinoa).

Aujourd’hui, le riz, types indica et japonica, est devenu la céréale alimentaire dominante dans le pays bien qu’il ne couvre pas 100% de ses besoins et doive en importer régionalement, même si le maïs qui tarde à passer hybride dans le cadre de la doctrine du BNB, grâce à sa forte adaptabilité, est déjà devenu une ressource alimentaire importante dans l’est et certaines parties méridionales du pays. En parallèle, les productions de blé de printemps, d’orge, des diverses sortes de millet et de sarrasin ont fortement régressé au cours des dernières décennies.

Paysanne bhoutanaise moissonnant son riz à la serpe, zone tempérée ©WikiCC ; récolte manuelle d’une variété de pays de maïs, zone tempérée ©WGyeltsgen


La pomme de terre et les légumes sont également désormais des productions significatives, de même que la cardamone qui est partiellement exportée vers l’Inde et le Bangladesh.

Champ d’amarante dans le centre-ouest ©Ifad.org ; pâtures estivales de yacks dans le nord du pays entre 3500 et 4500m, © http://happy-bhutan.weebly.com/

Bien entendu, dans les terres très élevées du nord du pays, l’élevage traditionnel du yack se perpétue également, même s’il ne semble pas s’y développer, tandis que bovins, buffles, ovi-capridés, porcs et volailles sont produits à plus basses altitudes. La majorité de la viande et des produits laitiers est de nos jours importée d’Inde car l’implantation d’abattoirs est désormais interdite au Bhoutan.

En évitant les clichés qui ramènent inévitablement le Bhoutan au lieu imaginaire du mythique roman « Lost horizon » publié par James Hilton (1900-1954) à Londres chez Macmillan en 1933, repris en français sous le titre « Les horizons perdus » ou d’autres avoisinants depuis de multiples fois et adapté au cinéma par Franck Capra (1897-1991) dès 1937, le Bhoutan apparaît ainsi comme un pays surprenant qui nous donne à réfléchir par les voies prudentes et mesurées qu’il s’est choisies pour tenter de trouver un équilibre entre maintien de ses traditions et maîtrise de son développement. Sa philosophie, résumée par deux questions de son premier ministre Lotay Tshering – « S’il faut penser à un projet permettant le développement économique, est-ce que cela nous rendra plus heureux ? Certes plus riche, mais plus heureux ? » – donne à réfléchir même si l’on n’est pas un adepte de la décroissance.

Haute vallée, rizières et forêt près de Thimphou dans l’ouest du pays ©WGyeltshen

Pour intéressante que soit cette alternative au modèle de développement dominant fondé sur la croissance économique, il paraît toutefois difficile sur le long terme de figer durablement une nation dans un état de croissance donné même si, dès les années 1970, l’économiste Richard Easterlin a mis en évidence que, passé un certain niveau, la poursuite de la hausse du revenu n’induit pas forcément un accroissement de la sensation de bonheur individuel ou plus simplement de bien-être. Sur un autre plan, les élites émettant fréquemment un discours idéologique pour justifier de leur politique, pourquoi le Bhoutan échapperait-il à cette règle ? Je n’ai pas de certitude face à la complexité du sujet. Cette perplexité me ramène inéluctablement à la profondeur et à la subtilité toute orientale, et peut-être ironique, d’une phrase de Mencius (372-289 av. J.-C.), « contempler l’eau, c’est tout un art » mise en exergue par Benoit Vermander dans son dernier livre16 que je vous ai déjà signalé. Et aussi à une citation d’Alexandre Vialatte (1901-1971) – « Le bonheur date de la plus haute Antiquité. Il est quand même tout neuf car il a peu servi » – écrivain qui, dans un genre très différent, mérite aussi d’être relu.

Par-delà mon questionnement embarrassé et ces citations exutoires, il est indéniable que pour une aussi petite nation le chemin est particulièrement étroit et hasardeux entre d’un côté les appétits territoriaux de la Chine qui a croqué et dépecé le royaume voisin du Tibet et de l’autre les susceptibilités souvent exacerbées de son partenaire historique l’Inde. Puisse pourtant l’expérience du Bhoutan se poursuivre longtemps et continuer à faire réfléchir le reste de l’humanité !

Alain Bonjean,110e article
Orcines, le 12 septembre 2022

Mots-clefs : Royaume du Bhoutan, pays, Asie, Himalaya, géographie, démographie, économie, agriculture, forêt, bonheur national brut #alainbonjean

1https://www.editions-france-agricole.fr/site/gfaed/NOUVEAUTES__gfaed.4464.43137__/fr/boutique/produit.html

2 – Historiquement, le territoire du Bhoutan couvrait d’autres terres au sud, incluant une partie de l’actuel État indien d’Assam ainsi que le protectorat de Cooch Behar dans l’actuel Bengal occidental. À partir de 1772, la Compagnie des Indes orientales repoussa progressivement les frontières vers le nord jusqu’au traité de Sinchulu de 1865, qui restitua une partie des terres prises au royaume.

3https://www.strifeblog.org/2021/07/15/bhutans-well-kept-secret-the-lhotshampa-exodus-and-the-plight-of-the-100000/ ; https://www.jstor.org/stable/48609815 ;

4 – FRMD. (2017). Land Use and Land Cover of Bhutan 2016 – Maps and Statistics. Forest Resources Management Division (FRMD), Department of Forests & Park Services.

5https://agritrop.cirad.fr/585266/1/AgricultureBhoutan_Trebuil_Agritrop_Janvier2016.pdf

6https://biodiversityconservationblog.wordpress.com/2016/10/14/biodiversity-is-a-place-bhutan/

7 – Le Bhoutan construit sa première route en 1961, a ouvert ses portes en 1974 à ses premiers touristes et autorisé la télévision et Internet seulement en 1999.

8 – A. Banerjee and R. Bandopadhyay (2018). Biodiversity hotspot of Bhutan and its sustainability. Current Science 110, 4, 521-527.

9 – Cet indice se base sur 4 principes, piliers du développement durable : 1, croissance et développement économiques responsables ; 2, conservation et promotion de la culture bhoutanaise ; 3, préservation de l’environnement et promotion du développement durable ; et 4, bonne gouvernance responsable.

10https://www.nationalgeographic.fr/environnement/2021/08/le-bhoutan-seul-pays-au-monde-a-avoir-un-bilan-carbone-negatif

11 – T. J. Guring (2011). Analyse comparée de l’usage de la modélisation d’accompagnement pour faciliter la gestion adaptative de l’eau agricole au Bhoutan. Thèse en géographie humaine, économique et régionale. Univ. Paris-Ouest Nanterre-Le Défense, 405 p.

12 – Wang Gyeltsen, communication personnelle.

13 – FRMD. (2017). Land Use and Land Cover of Bhutan 2016 – Maps and Statistics. Forest Resources Management Division (FRMD), Department of Forests & Park Services ; RSD. (2019). RNR Census of Bhutan 2019. Renewable Natural Resources Statistics Division (RSD), Ministry of Agriculture and Forests.

14 – Celles let ceux qui voudront en savoir plus sur l’économie bhoutanaise liront avec intérêt : https://export.agence-adocc.com/fr/fiches-pays/bhoutan/economie-3?accepter_cookies=oui ; https://donnees.banquemondiale.org/pays/bhoutan

15https://www.sji.bt/wp-content/uploads/2018/12/Dru-Na-Gu.pdf

16https://www.lesbelleslettres.com/livre/9782251453118/comment-lire-les-classiques-chinois

Publicité

One Reply to “Aperçu sur le royaume du Bhoutan et son agriculture”

  1. Merci Alain, intéressante réflexion.
    Je vais peut-être y lancer une petite activité sur « Intercropping in wide row crops » ! En cours de consideration.
    A voir :
    https://www.netflix.com/title/81587946
    Lunana: A Yak in the Classroom – Wikipediahttps://en.wikipedia.org/wiki/Lunana:_A_Yak_in_the_Classroom
    Un très joli film sur le Bhoutan.

    Eric

    La table des cultures demande à être reformatée (une case manque sur les animaux en zone subtropicale chaude)

    Classification: UNOFFICIAL
    Classified by: Eric.Huttner@aciar.gov.au on: 15/09/2022 3:30:33 PM

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :