Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Non, les kiwis ne sont pas d’origine maori !

Biotopes de kiwis sauvages dans les montagnes du Sud de la Chine habitées par le peuple Miao ®Teara-Quora

Dès les années 1970, les supermarchés de France ont commercialisés des fruits exotiques à la pulpe verte et aux petites graines noires sous le nom maori1 de kiwi. Ils étaient alors importés de Nouvelle-Zélande. Depuis, des espèces apparentées sont apparues dans leurs étalages qui produisent d’autres fruits comestibles d’un type voisin. Les plus connues sont :
– Le kiwi de Chine (Actinidia chinensis, Planch, 1847), qui est une liane portant de beaux fruits oblongs, marrons à peau lisse.
– Le kiwi délicieux (Actinidia deliciosa A.Chev. C.F. Liang & A.R. Ferguson, 1984) autre liane dont le nom commun est réduit à celui de son fruit. Ses autres noms français sont l’actinide de Chine, la groseille de Chine et, de manière plus amusante, la souris végétale, parce que son fruit a une peau duveteuse. Elle a longtemps été confondue avec son cousin, le kiwi de Chine, mais est reconnue depuis 1984 comme une espèce distincte.
– Le kiwaï (Actinidia arguta, (Siebold & Zucc.) Planch, ex Miq.,1887), arbuste aussi appelé kiwi de Sibérie ou kiwi d’été. aux petits fruits.
– Le kiwi arctique (Actinidia kolomikta, (Maxim. & Rupr.) Maxim., 1859), arbuste aux très petits fruits.
– Le kiwi polygame (Actinidia polygama, (Siebold & Zucc.) Maxim., 1859), autre arbuste.
– Plus rarement, on y trouve des kiwis sauvages de très petite taille mais souvent goûteux qui se récoltent dans leurs pays d’origines comme des mûres ou des framboises dans nos campagnes.
Toutes ces espèces appartiennent à la famille des Actinidiacées au genre Actinidia2 qui, loin de provenir de Nouvelle-Zélande, comprend environ 55 espèces natives de l’Asie de l’Est, du Sud-Est et du Sud, presque toutes dioïques, dont 52 en Chine (44 étant endémiques). Ces espèces pérennes sont des arbustes et surtout des lianes presque toutes dioïques à pollinisation essentiellement entomophile. Le nom du genre du grec ἄκτιϛ, ἄκτινοϛ, aktis, aktinos, qui signifie « rayon », en référence aux styles des fleurs femelles se déployant comme les rayons d’une roue, a été donné en 1847 pat le botaniste français Jules Emile Planchon (1823-18883).

Distribution naturelle du genre Actinidia ®Kew Garden ; diversité des fruits de kiwis ®https://www.conservation-nature.fr/plantes/actinidia/

Kiwi de Chine : plantations de l’Adour ©dynamics.seniors.eu ; fleurs femelle et male ©Tang&Zhang, 2017 ; fruit d’un cultivar à chair jaune ©Deposephotos

Le kiwi de Chine4 (chinois : 中华猕猴桃 zhong hua mi hou tao) est une liane dioïque arbustive, vigoureuse et sarmenteuse dont les rameaux peuvent croître de plusieurs mètres dans la saison Elle ne supporte pas le calcaire qui lui fait développer de la chlorose et pousse dans les forêts tempérées de montagnes et fourrés situés entre 200 et 2600 m dans plusieurs provinces de Chine: Anhui, Chongqing, Fujian, Gansu, Guangdong, Guangxi, Guizhou, Henan, Hubei, Hunan, Jiangsu, Jiangxi, Shaanxi, Sichuan, Yunnan, Zhejiang. Il est aussi présent à Taïwan. Les jeunes ramifications sont blanches pubescentes à brunâtres, puis deviennent rougeâtres à maturité avec des lenticelles oblongues plus pâles. Les feuilles sont grandes, ovées à suborbiculaires de 6-15 cm, plus ou moins longuement pétiolées. Les fleurs regroupées en inflorescences cymeuses varient de blanc à jaune-orange. le fruit sous-globuleux, cylindrique ou ellipsoïdal de 4-7 cm de long est ovoïde, marron, à densément tomenteux à l’état jeune et à peau lisse et glabre à maturité, avec de nombreuses lenticelles brunâtres.  2n = 58, 116, 174.

Kiwi délicieux : plantations de l’Adour ©LeMonde ; fruit ©Freepik.com


Le kiwi délicieux5 (chinois : 美味猕猴桃mei wei mi hou tao) est une autre liane dioïque, arbustive et sarmenteuse très voisine de la précédente qui peut atteindre 9-10 m de long et couvrir des zones de 3 à 5 m de large. Cette espèce est native de Chine, plus précisément des provinces de HubeiSichuanJiangxi et Fujian dans la vallée du Yangzi Jiang au nord du pays, ainsi que dans la province du Zhejiang sur la côte est. On la retrouve naturellement dans des forêts à des altitudes de 600 à 2 000 mètres. Elle porte de grandes feuilles presque circulaires à long pétiole, alternes, caduques, cert sombre. Jeunes, elles sont couvertes de poils pourpres, à maturité, ceux-ci tombent de la face supérieure. Les fleurs actinomorphes à 6 pétales sont blanches à jaune chamois et regroupées en grappes de 3 à 5 fleurs. Le fruit de 5-6 cm de long est ovoïde, marron, couvert de courts poils rigides. A maturité, la chair varie de vert clair à brun jaunâtre, hormis le centre blanc d’où partent des rayons fins porteurs d’un grand nombre de graines noires et petites. Il a des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. 2n = 116, 174, 358.

Kiwaï : feuillage et fleur/fruits ©mes arbustes.fr ©sciencedirect.com

Le kiwaï
6 (chinois : 软枣猕猴桃 ruan zao mi hou tao) provient des montagnes et des bosquets de Chine des provinces d’Anhui, Chongqing, Fujian, Gansu, Guangxi, Guizhou, Hebei, Heilongjiang, Henan, Hubei, Hunan, Jiangxi, Jilin, Liaoning, Shaanxi, Shandong, Shanxi, Sichuan,  Yunnan, Zhejiang où il pousse entre 700 et 3600 m, ainsi qu’en Corée, à Taïwan et au Japon. C’est un arbuste grimpant, large, pouvant atteindre 14 m, à feuilles caduques. Ses branches sont glabres ou rarement pubescentes, tomenteuses à l’état jeune. Feuilles moyennes ovées à surborbiculaires rarement ovales-oblongues de 5-12 cm vertes à pétiole généralement glabre brun-rosé. Inflorescences cymeuses axillaires ou latérales. Fruit jaune verdâtre ou rouge-violet à maturité, globuleux à oblong, 2-3 cm, rostré ou inconsciemment, glabre, lenticelle et sépales persistants absents. 2n = 58, 116, 174, 232.

Kiwi arctique : feuillage et fruits ©mesarbustes.fr
Le kiwi arctique7 est une espèce dioïque très vigoureuse qui peut atteindre 14 m. Il est natif des sous-bois des forêts de résineux en Chine (Hebei, Heilongjiang, Jilin, Liaoning, du Sichuan, du Yunnan), au Japon (Hokkaido, Honshu), en Corée, en Russie dans la région du fleuve Amour, les îles de Sakhaline, Itouroup et Chikotan et peut pousser jusqu’à 1400 m d’altitude. Les fleurs des pieds mâles et femelles produisent des fleurs blanches ou roses. Comme ses feuilles changent de couleur durant la saison (verte, puis blanches, puis rose et rouge), il est cultivé comme fruitier et plante ornementale depuis 1855. A l’état naturel, l’espèce est mature vers 9 ans. En culture, les pieds femelles produisent dès la deuxième ou la troisième année Leurs fruits ovoïdes avec des rayures longitudinales sont plus petits que ceux du kiwaï et avoisinent la taille d’un grain de raisin. Ils aident à lutter contre l’avitaminose. 2n = 58, 116.

Kiwi polygame : feuillage, fleur femelle et fruit- ®Gardenia.net ®CCWiki ®Alsagarden


Le kiwi polygame
8, autre grand arbuste grimpant à feuilles caduques se trouve dans les zones boisées entre 500 et 1900 m en Chine (Anhui, Chongqing, Gansu, Guizhou, Hebei, Heilongjiang, Henan, Hubei, Hunan, Jilin, Liaoning, Shaanxi, Shandong, Sichuan, Yunnan), en Corée, en Russie de l’Est et au Japon. Rameaux glabres à lenticelles discrètes à feuilles bicolores, vert pale dessous, vert à blanc ou jaunâtre dessus, ovales à oblongues de 14 cm de long, et pétiole rouge violacé. Curieusement, l’infusion de ses feuilles a un effet stimulant chez l’homme alors qu’il est fortement sédatif chez les félins du chat au lion et au tigre. Inflorescence fasciée, fleurs blanches. Fruit jaune-orange à maturité, ovoïde à cylindrique-ovoïde à oblong-ovoïde, 2,5-3 cm, glabre, lenticelles absentes, rostre à l’apex. Graines 1,5-2 mm. 2n = 58, 116.

Alors, me direz-vois, si toutes ces espèces sont indigènes d’Asie, pourquoi portent-elles un nom maori, copiant celui de l’oiseau coureur (Apteryx australis, Shaw 1913)9 emblème de Nouvelle-Zélande ?

Zespr.com©

Même si des échantillons botaniques séchés en furent expédiés en Europe par l’Anglais Robert Fortune (1812-1880), il semble que c’est en 1889 que le botaniste britannique Ernest Henry Wilson (1876-1930)10 en rapporta des plants vivants en Europe aux fruits pas plus gros que des noix qui furent diffusés initialement surtout dans un but ornemental par divers pépiniéristes sous le nom de « groseillers de Wilson »11. Des plants furent ensuite exportés aux Etats-Unis à la fin du XIX siècle par des horticulteurs et en Nouvelle-Zélande en 190412 par l’enseignante Mary Isabel Fraser (1893-1942) après un voyage à Ichang en Chine. Elle en transmit des graines au pépiniériste néo-Zélandais Alexander Allison qui les sema chez lui. Les plants issus de ces semis portèrent leurs premiers fruits dans l’hémisphère sud vers 1910.

Mary Isabel Fraser à 47 ans en 1910 ® Annual Magazine of the Girls’ College, Wanganui, New Zealand (Vol.13, Year 1910) ; anciennes publicités ®nzgki.org.nz ®nzhistory.govt.nz


Les groseilles de Chine commencèrent de devenir commercialement populaires en Nouvelle-Zélande dans les années 1930-1940. Durant la Guerre froid, leur nom fut d’abord changé en melonette et la Nouvelle-Zélande commença d’exporter ce fruit dès 1953. Cette dénomination, trop proche de celle du melon et nécessitant par suite de payer de fort droits de douanes aux USA, fut finalement modifiée en kiwifruit en 1959 par la société fruitière d’Auckland Turner & Growers afin de favoriser ses exportations13. Kiwifruit est alors devenu très vite l’appellation standard du fruit dans les milieux horticoles internationaux et certains pays, dont la France, l’ont raccourci en kiwi.

Et c’est ainsi que ces plantes natives de Chine et de territoires voisins se « déguisèrent » de facto en Maoris l

En complément de cette affaire d’appellations, rappelons que même si le kiwi a été décrit vers 1750 pour la première fois en Occident par le Jésuite Pierre Nicolas Le Chéron d’Incarville (1706-1757)14 et était connu depuis longtemps des botanistes de l’Hexagone, ce n’est qu’environ deux siècles plus tard, dans les années 1960, qu’un architecte français en poste en Chine, Jacques Rabinel rapporta des fruits qui lui avaient été offerts et les présenta au responsable du jardin des Plantes de Paris. Peu de temps après, il devint à Pessac-sur-Dordogne le premier fournisseur de plants français – preuve, une fois de plus, qu’il n’est pas facile d’innover surtout quand on touche à l’alimentation et néanmoins qu’il est de vieilles opportunités qu’il faut savoir saisir au bon moment !

Simultanément deux chercheurs de l’INRA, Henri Pedelucq et Jean-Louis Soyez contribuèrent à acclimater les kiwis dans le bassin de l’Adour15. En 2020, la France était le 8ème producteur mondial de kiwis après la Chine, la Nouvelle-Zélande, l’Italie, la Grèce, l’Iran, le Chili et la Turquie16.

Pour clore cet article, je voudrais encore signaler quelques points :
Actinidia deliciosa et Actinidia chinensis semblent originaires du bassin du fleuve Yangtze. Même si certains poèmes chinois du Ier millénaire av. J.C. font mention d’actinidias sauvages, leur pré-domestication paraît remonter au moins à 1200 ans, car à l’époque selon des textes du poète Cen Shen (715-770) de la dynastie Tang des jardiniers faisaient pousser ces plantes sur des tonnelles de jardins. La fin de cette domestication est cependant toute récente et date des années 1930-195017.
– Depuis les années 1960-70, la sélection moderne18 des Actinidias a beaucoup modifié ces plantes dont beaucoup ont été transformées de dioïques en autofertiles et surtout, après un énorme travail d’hybridation sur de ces espèces, les couleurs et saveurs de leurs fruits19.
– La culture de ces espèces est relativement aisée en France hors des zones calcaires, surtout dans sa moitié sud20.
– D’un point de vue nutritionnel21, les kiwis possèdent un fort pouvoir antioxydant, sont peu caloriques (60,5 kcal pour 100g), particulièrement riches en vitamine C et une bonne source de fibres végétales. Ils favorisent la santé cardiovasculaire et contribuent à prévenir nombre de maladies chroniques22.

Vous pouvez donc les planter dans vos jardins et les déguster régulièrement.

Alain Bonjean, 114e article
Orcines, le 21 octobre 2022

Mots-clefs : Actinidiacées, Actinidia spp., Asie de l’est, Asie du Sud-Est, Asie du Sud, fruitier, kiwi, Marie-Isabel Fraser, Chine, Nouvelle-Zélande, France, domestication, sélection, culture, nutrition

1 – Peuples polynésiens habitant les îles Cool et la Nouvelle-Zélande, et plus particulièrement sir l’île du Nord.

2http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=100431

3 – Auguste Chevalier (1946). Sur un arbre fruitier intéressant, peu connu : Actinidia chinensis var. deliciosa Chev. Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée 281-282, 126-129.

4http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=200013894 ; https://temperate.theferns.info/plant/Actinidia+deliciosa 

5http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=250076893 ; https://temperate.theferns.info/plant/Actinidia+deliciosa

6http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=250076893 ; https://temperate.theferns.info/plant/Actinidia+arguta

7http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=200013929 https://temperate.theferns.info/plant/Actinidia+polygama

8http://www.efloras.org/florataxon.aspx?flora_id=2&taxon_id=200013948

9https://www.oiseaux.net/oiseaux/kiwi.austral.html

10https://www.wikiwand.com/fr/Ernest_Henry_Wilson

11 – J. Yan (1981). Histoire d’Actinidia chinensis Planch et conditions actuelles de sa production à l’étranger. Journal d’agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, 28, 3-4, 281-290.

12 – A. R. Ferguson ‘(004). 1904 – The year that kiwifruit (Actinidia deliciosa) came to New Zealand. New Zealand Journal of Crop and Horticulture Science, 32, 1, 3-27.

13https://nzhistory.govt.nz/the-chinese-gooseberry-becomes-the-kiwifruit ; M. Kilgour, C. Saunders, F. Scrimgeour, E. Zellman (2008). Kiwifruit – The key elements of success and failure in the MZ kiwifruit industry. AREN-AGMARDT, 73 p., https://core.ac.uk/download/pdf/35460007.pdf

14https://www.lesfruitsetlegumesfrais.com/fruits-legumes/fruits-de-plantes-grimpantes/kiwi/tout-savoir-sur-le-kiwi

15https://www.lekiwidefrance.fr/les-producteurs/pionniers/

16https://www.statista.com/statistics/812434/production-volume-of-leading-kiwi-producing-countries/

17file:///C:/Users/Alain/Downloads/B978-0-12-803066-0.00004-6.pdf

18https://hort.purdue.edu/newcrop/proceedings1999/v4-342.html : S. Huang et al. (2013). Draft genome of the kiwifruit Actinidia chinensis. Nature Communications. DOI : 10.1038/ncomms3640 ; J. Chat (2003). Transmission des génomes cytoplasmiques et phylogénie moléculaire chez Actinidia. Sciences du Vivant, INA Paris-Grignon tel-02831323 ; https://www.jstage.jst.go.jp/article/hortj/87/4/87_OKD-163/_html/-char/en ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2924827/pdf/mcq129.pdf ; https://medcraveonline.com/APAR/kiwifruit-a-botany-chemical-and-sensory-approach-a-review.html ; https://cordis.europa.eu/project/id/80010110

19 – H. Huang, Y. Liu (2014). Natrural hybridization, introgression breeding, and cultivar improvement in the genus Actinidia. Tree genetics & Genomes 10, 1113-1122.

20https://gironde.chambre-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/Nouvelle-Aquitaine/100_Inst-Gironde/Documents/pdf_diversifier_votre_activite/Kiwis_juin2021.pdf ; http://www.eolss.net/sample-chapters/c10/e1-05a-23-00.pdf ; https://www.doc-developpement-durable.org/file/Culture/Arbres-Fruitiers/FICHES_ARBRES/Kiwi/Kiwi%C2%A0planter%20et%20tailler%20les%20kiwis.pdf ; https://verger.ooreka.fr/fiche/voir/684293/reussir-la-culture-du-kiwi ; http://www.produire-bio.fr/wp-content/uploads/2017/12/Fiche_Kiwi-chambre-2008.pdf

21https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6833939/ ; https://ifst.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/jfpp.15588 ;

https://www.santemagazine.fr/alimentation/aliments-et-sante/fruits/le-kiwi-un-anti-age-naturel-172408 ; https://www.aprifel.com/fr/fiche-nutritionnelle/kiwi/?gclid=CjwKCAjw7eSZBhB8EiwA60kCW-mH8eUP8J1jiXkxzE7o5nqVKFhfer31px7BGC3dgNWGY2VP7iYvsBoCcikQAvD_BwE

22https://www.researchgate.net/profile/Sachin-Tyagi-8/publication/316701273_Kiwifruit_Health_benefits_and_medicinal_importance/links/590ddb12aca2722d185e93fb/Kiwifruit-Health-benefits-and-medicinal-importance.pdf

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :